• FR
    NL EN
  • Comment nous pouvons vous aider
  • +32 2 712 08 90 (Bruxelles)
    +32 3 201 25 60 (Anvers)
    +32 9 210 82 70 (Gand)
    +32 10 394 500 (Louvain-la-Neuve)
    +32 11 49 03 27 (Hasselt)
     

Une structure horizontale synonyme de travailleurs plus satisfaits

Les employés des PME accordent à leur entreprise le meilleur score d'efficacité

  • 55 % des Belges qui travaillent dans une structure horizontale se disent très satisfaits, avec une note entre 8 et 10/10
  • Deux fonctionnaires sur trois pensent que la plupart des décisions prises par la direction sont contre-productives
  • Près de la moitié des fonctionnaires ont du mal à faire le travail, car ils doivent consacrer trop de temps à des « activités organisationnelles inutiles » comme le reporting aux managers et les réunions
  • Trois employés sur quatre qualifiant leur organisation d’inefficace recherchent un autre travail

Article par Dirk van Bastelaere. Graphique Leenke De Donder.

Six fonctionnaires sur dix pensent que l'argent est gaspillé sur des choses qui ne génèrent pas de valeur ajoutée

Un peu plus de la moitié (53%) des salariés belges accordent à leur organisation un score d'efficacité d'au moins 7 sur 10. Parmi eux, les travailleurs du secteur privé sont nettement plus nombreux que les fonctionnaires (57 % contre 46 %). Dans les organisations à structure horizontale où les employés jouissent d'une grande autonomie, ce chiffre passe à 81%. Le score d'efficacité le plus élevé est globalement attribué aux PME de moins de 100 employés : 56% des employés de PME attribuent à leur entreprise un score d'au moins 7, et 33% un score d’au moins 8 sur 10.

C’est ce qui ressort d’une enquête demandée par TriFinance et menée par iVox auprès de 1 000 travailleurs formant un échantillon représentatif de la population active belge en termes d'âge, de sexe, d'éducation et de région géographique. Cette enquête a notamment examiné le rapport entre la structure organisationnelle, l’efficacité de l’organisation et la satisfaction de ses travailleurs.

6 fonctionnaires sur 10 déclarent que leur organisation dépense trop d’argent à des choses qui n’apportent aucune valeur ajoutée


Le secteur public est manifestement en proie à davantage de problèmes d’efficacité que les entreprises privées. Ainsi, un nombre nettement inférieur de fonctionnaires (46 %) attribuent à leur organisation une note élevée, en comparaison avec les travailleurs du secteur privé (57 %). Une majorité des fonctionnaires (57 %) indiquent même que la structure de leur organisation empêche une bonne exécution du travail. Ils trouvent cette structure trop complexe, en raison de ses niveaux, rôles et processus trop nombreux. 64 % vont même jusqu’à affirmer que leur organisation est trop bureaucratique. 79 % des fonctionnaires en veulent pour preuve l’introduction trop fréquente de nouvelles réglementations.

«La réglementation, l’ingérence politique, la syndicalisation et les attentes des citoyens en termes de service ont un impact considérable sur le niveau d’efficacité des organes publics », explique Jean-Marie Bequevort, spécialiste en audit et organisation des entreprises chez TriFinance. « Le message à retenir ici, c’est que les fonctionnaires eux-mêmes qualifient leur organisation d’inefficace. Or, il s’agit des personnes qui font ce travail tous les jours et qui connaissent leur organisation sur le bout des doigts. Les instances publiques qui souhaitent augmenter leur niveau d’efficacité ont donc tout intérêt à tenir compte des propositions d’amélioration de leurs fonctionnaires. L’expérience a montré que ce sont les changements bottom-up, qui impliquent une participation active de la part des travailleurs dans les processus de transformation, qui se révèlent les plus efficaces ».

44 % des fonctionnaires publics disent avoir du mal à faire leur travail en raison du temps perdu à des « activités organisationnelles inutiles », comme le reporting aux managers et les réunions. À ce niveau, les travailleurs du secteur privé et du secteur social n’ont manifestement pas un avis aussi tranché, avec des résultats de 33 % et 37 % respectivement. Près de deux tiers des fonctionnaires (64 %) estiment que la plupart des décisions prises par le management sont même contre-productives.

L’argent n’est pas non plus toujours dépensé de manière efficace dans le secteur public. Ainsi, 6 fonctionnaires sur 10 (57 %) déclarent que leur organisation dépense trop d’argent à des choses qui n’apportent aucune valeur ajoutée.

Les PME remportent la palme de l’efficacité


Les travailleurs belges qui qualifient leur organisation d’inefficace se plaignent également d’horaires difficiles, de stress, et d’une mauvaise communication avec les dirigeants. Ils apprécient également mal leur package salarial et le contenu de leur travail. Plus de la moitié d’entre eux (55 %) voient leur travail comme une tâche difficile, tandis que trois quarts (73 %) sont à la recherche d’un nouveau travail.

Le meilleur score en termes d’efficacité générale revient aux PME de moins de 100 collaborateurs. En effet, un employé sur 3 donne à son entreprise un 8/10 ou plus. Les PME sont en fait l’opposé des organisations du secteur public : une grande majorité des employés disent ne pas perdre de temps sur des tâches de reporting ou sur des réunions inutiles. Et contrairement aux organisations publiques ou de plus grande taille, ils indiquent que les décisions du management rendent le travail quotidien plus facile. Environ 6 employés de PME sur 10 ne trouvent pas que leur organisation soit trop bureaucratique ou trop complexe. 72 % disent avoir « un fort sentiment d’autonomie dans leur travail grâce à la structure flexible de l’organisation ».

Une structure horizontale synonyme de travailleurs plus satisfaits


Les PME sont celles qui se rapprochent le plus de ce qui semble être la structure organisationnelle la plus efficace selon les travailleurs belges : une structure horizontale dans laquelle les employés disposent d’une grande autonomie pour la réalisation de leur travail. Dans l’ensemble, les entreprises qui présentent cette structure sont celles qui obtiennent les meilleurs résultats en termes d’efficacité, parce qu’elles encouragent la collaboration, établissent des objectifs, politiques et règles claires et prônent un type de management qui consiste à diriger mais aussi à accompagner.




La satisfaction des collaborateurs dépend de la façon dont l’organisation est structurée


Une conclusion notable est également que les organisations structurées horizontalement sont non seulement perçues comme plus efficaces, mais abritent aussi davantage de collaborateurs satisfaits de leur travail. Ainsi, 55 % des Belges qui travaillent dans une structure horizontale se disent très satisfaits, avec une note entre 8 et 10/10. Ce pourcentage ne s’élève qu’à 37 % dans les structures verticales traditionnelles.

La satisfaction des travailleurs repose généralement sur plusieurs facteurs tels que le contenu de la fonction, la sécurité d’emploi, les opportunités de promotion, le package salarial et les collègues. Mais il ressort aujourd’hui clairement de l’enquête de TriFinance que la satisfaction des travailleurs dépend aussi de la structure de l’organisation, c’est-à-dire la façon dont elle est organisée pour atteindre ses objectifs (voir l’illustration 1).

« Les organisations florissantes voient toujours plus loin », conclut Alexander Van Caeneghem, Business Unit Leader CFO Services chez TriFinance. «Le modèle organisationnel peut aider à atteindre cet objectif. Il y a peu de recettes toutes prêtes et universellement applicables, mais s'il y a place pour l'autonomie et l'esprit d'entreprise des employés dans ce modèle, cela entraînera presque automatiquement un taux de satisfaction plus élevé parmi le personnel. Chez TriFinance, nous nous concentrons sur la croissance de nos employés. C’est pourquoi notre modèle d’organisation est un réseau de partage de connaissances à « responsabilité distribuée ». Les employés peuvent eux-mêmes remplir leur travail et leur carrière. Ils sont pris en charge par nous si nécessaire. »

Plus d'informations

Dirk van Bastelaere, responsable de la communication CFO Services TriFinance, 0498 946 952, dirk.vanbastelaere@trifinance.be

A propos de la recherche

A la demande de CFO Services TriFinance, iVox a mené une enquête en ligne auprès de 1 000 employés (travailleurs, employés, cadres intermédiaires), représentatifs de la population active belge par âge, sexe, formation et région. L'enquête s'est déroulée du 26 avril au 11 mai 2018. La marge d'erreur est de 3,02%.

A propos de TriFinance

TriFinance est une entreprise innovante spécialisée en finance et conseil située en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne ayant des bureaux à Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Gand, Bruxelles, Hasselt, Louvain-la-Neuve, Hambourg, Munich et Düsseldorf. En tant qu'organisation en réseau fortement axée sur le développement humain, le partage d’expertise, l'innovation et le développement organisationnel, TriFinance appartient à la société néerlandaise Parklane Insight, une société européenne en pleine croissance, employant 750 personnes avec comme mission unique: “Furthering People for Better Performance in Do-How".

Jean-Marie Bequevort Practice Leader Complexity Reduction
+32 2 712 08 90